Je veux, je ne veux pas

 

Il est bien pluvieux ce vendredi soir et je me retrouve devant mon ordinateur en écoutant de la musique. Je vous laisserai la vidéo si vous êtes sage !

Je me prends à penser à tel ou tel chose et tout d’un coup me revient en mémoire une discussion que j’ai eue ce matin avec la maman d’Annaëlle. Cela me donne envie de vous en parler.

Je vous propose de nous arrêter un instant sur « je veux grandir, mais je ne veux pas « . Pas facile chez l’enfant de passer le pont, de monter la marche supérieure qui l’éloigne de sa vie bien tranquille, de sa petite bulle de bien-être.

Vous allez me dire que cela n’est pas le cas pour tous et vous aurez raison. Mais certains petits mousses ont cette difficulté.

Mon fils est ainsi, il possède deux côtés, celui du petit homme de 12 ans et celui du bébé de 12 ans. Il a toujours eu du mal à grandir, à franchir la rivière comme le dit si bien Émilie.

Des moments de grognes et de pleurs pour attraper sa marche supérieure. Je rencontre souvent cela chez les garçons, vous pensez que c’est dans la nature de l’homme de ne pas savoir avancer sans trop se poser de questions ?


Je ne sais point, je le remarque chez les enfants, comme chez ma chipie qui nous fait des crises de colère quand cela ne lui convient pas, mais toujours au moment de passer une étape. Le temps de franchir sa rivière. Le fait de monter en grade dans sa vie, cela doit la perturber. Je pense que c’est dans la logique finalement. Comment ne pas avoir un doute, une hésitation quand on doit grandir ? Même si nous disons qu’ils ont le temps et bien dans leur petite tête, dans leur ressenti. Ils vont déjà devenir grand, donc perdre des privilèges.

Je vais trop loin dans ma déduction ? Je pense que non ! Un enfant doit grandir et cela ne s’impose pas d’office dans sa tête. Son corps grandit vi, mais pour apprendre à être propre, à aller à l’école, apprendre à écrire, lire, s’habiller seul et bien autre chose… Le mousse doit comprendre et accepter de ne plus être un bébé et surtout le bébé de papa et maman. Les encouragements doivent être fréquent, mais aussi l’assurance que rien ne fera changer sa place au sein de la famille. Mais il faut aussi lui dire qu’il doit grandir que cela est bien et qu’il faut passer la rivière, monter la marche.

Comme toujours la patience doit être le principal tremplin, observer et essayer de comprendre les colères qui peuvent devenir des indices .

Je vous propose de réfléchir à tout cela et laissez vos commentaires ou pas !

 


8 réflexions au sujet de « Je veux, je ne veux pas »

  1. Hello Maryse

    Je retrouve ton blog ce soir et me voilà ravie de lire de si belles lignes!! Et oui les petits ont du mal à grandir et j’ai bien tendance à l’oublier trop souvent!! Je suis prise dans mon désir qu’elles soient autonomes et vite capables, mais j’oublie de prendre le temps de les regarder grandir. Merci pour ce rappel!!!
    Gros Bisous à tous les 4
    A plus Aurélie

    • Coucou Aurélie 🙂

      J’allais t’écrire pour te demander comment la rentrée c’était passée 🙂 J’ai pensée fort à Anouck 🙂 Car Annaëlle vient de faire sa première rentrée et vi je ne vois pas le temps passer et mes petites puces deviennent si grandes :)Oui je sais nous voulons toujours aller trop vite avec nos enfants
      Je vous embrasse fort vous 4 aussi

      À bientôt

  2. très très beau site un magnifique blog et si bien écrit félicitations mes enfants sont grands 36 ans 32 ans et 24 ans et pourtant je les vois encore petits, le temps passe trop trop vite.Je suis Nounou de profession et cela me permet de rester dans ce monde d’innocence de sincérité et de rêverie !!! bonne soirée à toi

    • Merci beaucoup , je rougie de tes commentaires et je te souhaite la bienvenue sur le navire, revient quand tu veux, vi être AM nous laisse se pouvoir d’être encore des enfants !! Bonne soirée à toi également !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge