Une conférence du tonnerre !

Le mercredi 9 mai au soir je me suis rendue à une conférence accompagnée de charmantes collègues. L’orateur était le Psychologue Jean Epstein. Le thème de la soirée: « Prendre le
temps, à chacun son rythme« . Je dois vous dire que je suis ressortie me sentant super nounou.

Je connaissais déjà pas mal de choses, mais cela m’a conforté dans mon choix de travailler avec les enfants.

Le psychologue Epstein possède un humour qui vous détend et vous permet de mieux appréhender l’éducation des enfants. Il nous a parlé de l’évolution de l’enfant à l’adolescent avec de multiples petites phrases assez percutantes.

Un petit arrêt sur une de ses tirades préférées :

*Celle de la tranche d’âge des ados : Auparavant, il se
délimitait entre treize et dix-huit ans, maintenant c’est entre six et trente ans.  Quand je vous parle des ADOlescents , j’insiste bien sur ADO ! Car, certains jours ils sont « ADOrables » et d’autres « ADOléchiants« .

Il n’a pas tort; cela est bien ainsi. Je confirme avec mon ado et mon pré ado.

Epstein nous a cité Françoise Dolto et ses travaux qui ont permis de reconnaître le bébé en tant que personne et de démontrer la richesse de ses compétences. Dolto soulignait également les dangers relatifs aux discours que nous entendons depuis bien longtemps « tout se joue avant 6 ans » ou « tout se joue avant la maternelle ». Cela m’interpelle quand j’entends ce genre de phrases. Chaque enfant est unique et évolue à sa vitesse. Je n’imagine pas les parents me demander de faire de leur enfant la réplique exacte de l’enfant parfait afin d’être prêt pour la maternelle . Epstein nous a cité la phrase culte de Françoise Dolto en réponse à ces discourt qui est « tout ce joue avant la mort, ou presque » tout en embrayant sur l’idée que chacun peut heureusement accéder à des « sessions de rattrapages » . Pour notre intervenant, la construction d’un enfant se fait dans la petite enfance , mais aussi dans l’adolescence.

Mais revenons à notre conférence quelques instants. Prendre le temps d’apprendre et d’écouter les enfants et non les assommer de leçons, de vouloir qu’ils soient prêts avant qu’ils ne le décident.

Ou bien de les priver de sieste , de couper leur sommeil dans l’après-midi pour les couchers plus tôt. Les enfants ont leurs rythmes et le soir cela ne changera rien, ils ne dormiront pas plus tôt. Surtout ne jamais oublier que le sommeil est nécessaire pour les enfants.

Tout comme la propreté, les enfants sont prêts ou pas et cela ne dépend pas de leur âge ou de la décision des parents. Mais d’eux et de leurs capacités.

Prendre le temps de les découvrir et de leur faire découvrir la vie, c’est sans doute ce que nous devrions retenir.

« Il s’intéresse à beaucoup de choses, faut-il, et comment, l’encourager dans ce sens ? » Cela est une question que nous pouvons entendre nous assistantes maternelles de la part des parents.L interrogation est naturelle, mais lorsque le désir de favoriser l’éveil de l’enfant se transforme en tentative de le stimuler , il y a danger … Epstein donne cette réponse:

« En effet, alors que la stimulation est un besoin bien réel chez certains enfants atteints d’un handicap, elle est en revanche préjudiciable pour un enfant dont le développement est « normal ». Ce dernier a besoin d’être éveillé, pas stimulé : inviter,proposer, doivent être les maîtres-mots de cet éveil. Prenons une situation de jeu: c’est en le proposant à l’enfant, en l’invitant à s’en servir, puis en le partageant avec lui, que l’adulte participe à son développement, qu’il est à l’écoute de ses besoins. Et cette écoute implique également d’arrêter une activité lorsque l’enfant émet des signes de lassitude. Ainsi que cela : imposer un rythme à l’enfant, c’est le fatiguer plus que de raison. Mais surtout, lorsqu’il sent qu’on attend toujours plus de lui, il est probable qu’un enfant finisse par perdre confiance en lui, qu’il ait le sentiment de ne jamais en faire assez, de ne pas « être à la hauteur » des espérances de ses parents ».

Sa remarque sur l’ennui de l’enfant est nécessaire. Cela confirme déjà ce que nous entendons. Oui, laissons l’enfant  s’ennuyer pour apprendre à rêver et à s’occuper lui-même.

En découvrant l’ennui et la solitude, l’enfant trouvera par lui-même les idées pour s’en sortir. D’ailleurs, une stimulation excessive, débouchant bien souvent sur un emploi du temps trop chargé, serait une cause d’agressivité chez l’enfant …

Jean Epstein nous a parlé du triangle BBC. Il imagine un triangle dont les sommets sont respectivement occupés par l’enfant en haut, les parents et la professionnelle. Il y a qualité quand les trois sommets sont pris en compte au niveau du bien-être, des besoins et de compétences de chacun.

Ce triangle BBC me plait : le bien-être de l’enfant, ses besoins , ses demandes et les réponses à tout cela par les compétences de ses parents ou bien de son AM. Voilà un beau triangle dans notre métier.

Pour conclure un article trop court à mon goût, mais assez motivant – j’espère, pour vous donner l’envie de découvrir vous-même le psychologue, je vous laisse sa construction de l’enfant:

la première zone se fait entre 0 et 4 ans. On est dans une période de séduction totale, il apprend les bases, la frustration, acquiert des repères. Il faut apprendre aux parents à savoir
dire non.

la deuxième zone se situe entre 4 et 10 ans. C’est la période de latence. L’enfant semble calme alors qu’il ne l’est pas du tout. Il garde ses frustrations en lui pour les faire exploser dans la troisième période. Pour les parents, tout va bien .

J’espère que vous laisserez des commentaires et peut-être d’autres connaissances sur Jean Epstein.


19 réflexions au sujet de « Une conférence du tonnerre ! »

  1. Coucou, comme tu sais, mon p’tit loulou julian va parfaitement bien a par un micro rhube en ce moment ^^ .
    Mais je voulais savoir: mes beaux parents voudraient qu’il commence à ce retourner car son couzin commencais déjà a ce retournée a 4 mois et demi. Alors que le miens a 5 mois demain se met juste mais vraiment juste sur le côté.
    Moi je suis d’avis de le laisser faire comme il veux, souvent je le met sur le lit et joue avec lui du coup il se tortille un peu dans tous les sens. Mais mes beaux parents insistes que je le mette par terre ( bien sûre sur quand meme une couverture pour la protection du froid ) pour qu’il se retourne plus vite.
    Moi j’attendais qu’il ai un tapis d’éveil pour que sa soit plus attrayant pour lui et qu’il puisse resté tout seul mais la du coup vu comme s’il perd un objet il râle.
    J’attend ton avis avec impatience même si je peux avoir faux ^^
    En tout cas très bien ton article 😀
    dsl pour ce long commentaire ^^
    bisoux

    • Bonjour shineni,
      Je suis la Maman d’Anna§ëlle (2 ans et 8 mois) et Bastian (5 mois).
      Nous on a laissé les enfants faire à leur rythme. Annaëlle s’est retournée à plus de 6 mois mais Bastian à seulement 3 mois et demi.
      Ce qui compte c’est que l’enfant se sente prêt dans son corps (muscles, etc) et dans sa tête pour se retourner.
      Par contre on a mis assez tôt les enfants par terre pour qu’ils puissent bouger comme ils voulaient. Suivant les fois on leur mettait le portique ou des jouets sur le tapis à leur portée.
      Donc moi je ferai comme toi, je le laisserai progresser tranquillement.

    • Coucou ma jolie !

      Alors , pour le beau gosse ! tu peux le déposer par terre sur un tapis. Pas besoin d’un tapis d’éveil Des petits jouets adapté à ses mains, posés un peu partout autour de lui suffit. Ne le met pas sur le ventre, laisse le découvrir lui-même comment faire. Regarde les petits bouts d’Émilie se sont retournés à des mois différents Ne pas le brusquer et dit à tes beaux-parents que le cousin c’est retourné plus tôt, mais que Julian fera peut-être quelque chose plus tôt la prochaine fois. Les enfants sont tous différents et c’est cela qui fait de mon travail une découverte de chaque jour !! Merci de ton commentaire Émilie, il est exacte que tes petits bouts sont la preuve que chacun évolue à sa vitesse 🙂

        • Au risque d’être un peu « désagréable », pour moi c’est aux parents de gérer l’évolution de leurs enfants avec leur propre façon de voir les choses et non pas aux beaux-parents… Les beaux-parents doivent rester à leur place de grands-parents

    • Je suis pour la méthode du « laisser faire » c’est à dire ne pas forcer l’enfant et le laisser apprendre à se retourner et re retourner car il n’y a rien de mieux qu’un enfant capable de se sortir seul d’une position qui ne lui convient plus. Donc si on le place sur le ventre, qu’il ne sait pas se retourner seul et que la position lui est inconfortable, il sera dans une situatuion qu’il ne peut pas changer seul.
      Merci pour ton article Maryse ;-))

      • Coucou Isabelle 🙂 Merci. Oui ne jamais mettre un enfant dans une position qu’il n’a pas décidée 🙂 La motricité libre est intéressante à observer et je ne me lasse jamais moi de voir les bébés trouver leurs solutions. Mon prince me le prouve tous les jours en ce moment.

  2. oui tout à fait à chacun son rythme! ici j’ai trois loulous de 18, 17 et 14 mois donc à peu près le même age! et bien chacun a des compétence dans des domaines bien différents!
    Le 1er ( 18 mois ) parle beaucoup, est trés agile avec son corps ,une vrai anguille et a déjà des notions de propreté « laver les dents  » aller sur le pot » il adoore ça! c’est celui qui a le moins de dents de sortie!

    Le 2ème ( 17 mois) est un futur footballeur agile de ses jambes , qui court super bien et commence à manger tout seul, il sait ce qu’il veut et s’affirme déjà fortement! il a plus de dents de sortie que le 1er

    Le 3ème a toutes les dents quasi sortie, il a commencé à à faire du 4 pattes il y a peu de temps!

    Je pense que le fait que les dents sortes différemment chez chacun joue un role également dans l’évolution de l’enfant!

    Mais c’est vrai qu’on ne doit pas forcer les choses, cela doit se faire naturellement! on doit laisser la suggestion à l’enfant! le mettre sur un tapis dès le plus jeune age avec tout ce qui peut lui donner envie de bouger, de regarder, d’éveiller sa curiosité! mais surtout ne pas faire à la place!

    zut je dois vous laisser j’espère pouvoir compléter rapidement!

    • Ah !! Tu as raison mon Anna il faut chercher si l’histoire des dents est bien en rapport avec l’évolution de l’enfant !! Merci pour ton début de commentaire 😉

  3. Super ton résumé de la conférence, et sans note, bravo!
    Et à la maison en ce moment deux bébés (9mois, 11 mois) qui crapahutent partout, le plus petit se déplace à 4 pattes et commence à se mettre debout, la « plus grande » rampe et essaye un peu le 4 pattes mais se met assise depuis au moins mois. Donc laissons les évoluer comme bon leur semble, ils savent mieux que nous ce qui leur convient.

    Bise

  4. Ping : Laissez- moi me mouvoir ! | Bricole et Parlotte

  5. Je suis super jalouse ! J’adorerais me rendre à une conférence de Jean Epstein ! Mais y’en a pas par ici !
    EH HO ! Outre Vosges, on comprend aussi le français ! Pourquoi personne ne vient jamais par chez nous ?

  6. Ping : Je ne suis pas qu’une AM ! | Bricole et Parlotte

  7. Ping : Tu as dit quoi ? | Bricole et Parlotte

  8. Ping : Parlons des blogs des Assistantes Maternelles ! | Bricole et Parlotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge